conectarse
NEWS
11/04/2018 - Culture

CULTURE ET TRADITIONS

 

Les indiens divisent le monde en deux, un monde visible et un monde parallèle et invisible. "La grande supériorité de ce monde parallèle, de cet univers d'ombres, écrit Jean Marie Le Clézio c'est qu'il peut voir les hommes alors que les hommes, eux ne peuvent le voir". Ils vont donc inventer des façons d'entrer en communication avec ce monde parallèle.

Les masques que nous vous proposons sont dérivés des rites chamaniques. Car pour les indiens "il n'y a pas de création inutile, il n'y  a pas d'art pour l'art, il n'y  a que des fonctions". Ces masques ont donc une fonction...

Pour les rites, le chamane utilise des bâtons en bois sculptés afin d'oeuvrer à la guérison des malades, des potions à base de plantes ainsi que des représentations d'animaux qui servent à tromper les mauvais esprits et qui sont pour notre plus grand bonheur ces  masques ou "nemboro"  en langue Embera .

Le ou la chamane va veiller toute la nuit, parfois plusieurs nuits et  se connecter avec ses guides, ses aides, avec les esprits qui l'assistent dans son travail de guérisseur. Les masques sont utilisés lors de ces cérémonies, les "mesas".

Chaque tribu compte un ou une chamane qui détient des pouvoirs malheureusement de plus en plus concurrencés par la civilisation occidentale. Là aussi, tous ces savoirs sont transmis oralement de génération en génération. C'est le chamane lui même qui choisira a qui transmettre ses secrets.

Moitié sorcier, moitié botaniste, le chamane est souvent craint et respecté. Les rites mêlent absorption de plantes et décoctions, chants, danses et aussi souvent absorption d'alcool, la "chicha" obtenue par la fermentation du maïs.