Prochain départ : août 2021 /Next departure: August 2021

29-06-2021

Au réveil le matin, j’ai maintenant plusieurs messages provenant des indigènes du Darién ; il y a sept heures de décalage horaire entre nos continents. Je prépare mon prochain voyage.Les yeux mi-clos, je commence à écouter les messages audio. Ils sont longs. La communication chez les indigènes est toujours et uniquement verbale et pour nous, elle peut sembler démesurément longue.Ce que je dirais en deux phrases prend toujours chez mon interlocuteur l’aspect d’une épopée.J’écoute donc ce récit lent et rythmé et je découvre peu à peu les idées exprimées après de longs détours, comme un labyrinthe qui me conduit lentement au cœur du message.Les indigènes sont des conteurs exceptionnels. J’écoute ce long récit et cela ne m’ennuie pas, au contraire. J’aime cette façon de guider mon entendement.C’est un peu comme monter dans la pirogue : on sait que le voyage sera long car les rivières du Darién sont extrêmement sinueuses. On prend le temps qu’il faut, il n’y a aucun raccourci possible, aucune ligne droite. Il faut prendre patience et profiter du paysage environnant au fil du voyage. Vous imaginez ? Oui, converser avec les indigènes ressemble bien à un voyage en pirogue !Et ce qui est magnifique aussi, c’est que derrière cette voix, j’entends les  sons de la forêt, le bruit de la pluie tropicale et les chants stridents des oiseaux…Voilà à quoi ressemblent mes réveils en ce moment, ici, à Valencia. Dans moins de deux mois, c’est moi qui serai enfin dans la forêt, au milieu des oiseaux et sous les orages tropicaux qui font rage en ce moment !Je suis prête. Après un an et demi sans nous rencontrer, ce voyage a quelque chose d’étonnant. On va me présenter les nouveau-nés, je vais voir de nouvelles chozas, ou maisons, le curé catholique de Yaviza avec lequel j’avais bâti un plan d’aide aux enfants a été déplacé dans une autre région,… Nous faisons des plans mais je sais que ce sera comme d’habitude un séjour plein de surprises ; une fois sur place je ne maîtrise plus rien, la pluie, les retards, les contrôles de police, les incidents variés… Souvent, je ne sais même pas où je vais dormir le soir. Comme vous le savez, je voyage toujours seule, accompagnée des indigènes du Darién. Après presque huit ans d’aventures, j’aimerais pouvoir partager avec vous ces émotions, ces couleurs, ces rencontres, j’aimerais que mes yeux ne soient pas les seuls à voir ce que je vois et que les émotions parfois fortes de ces séjours vous parviennent aussi. Partager en espagnol se dit « compartir » et j’aime ce mot. Il est temps de rapporter de belles photos chargées de sens et de sentiments, je travaille aussi à ce projet. Je serai donc dans le Darién au mois d’août et Ethic & Tropic ne participera pas à Maison & Objet en septembre prochain. Vous pourrez retrouver toutes nos nouveautés sur le site MOM de Maison & Objet and More et sur notre site Internet, auquel nous travaillons, mais je n’aurai pas le plaisir de vous rencontrer à Paris avant janvier 2022. .................................................................................... When I wake up every morning, I usually have several messages from the people of the Darien. There is a seven-hour time difference between our continents. I’m planning my next trip. With my eyes half closed, I start listening to the messages. They are long. Communication for the indigenous people is always and only verbal. For us, it can seem inordinately long. What I could say in two sentences is always an epic for my interlocutor I listen to each slow and rhythmic story and eventually discover the main point through following the long verbal detours, a labyrinth that leads me slowly to the heart of the message. The indigenous people are exceptional storytellers. I listen to the long story and it doesn’t bother me at all, on the contrary, I like this way of guiding my mind. It is a bit like climbing in the canoe: you know that the journey will be long because the rivers of the Darién are extremely sinuous, they twist and turn. You have to take your time, there are no shortcuts, no straight lines. You have to be patient and enjoy the landscape as you travel. Can you imagine it? Yes, talking to the indigenous people is just like the canoe trip! And what’s beautiful too is that, behind each voice, I can hear the sounds of the rainforest, the din of tropical rain and the raucous songs of the birds … This is what waking up for me is like right now, right here in Valencia. Finally, in less than two months, I will be back in the rainforest, among the birds and under the tropical storms that are raging right now! I’m ready. After a year and a half without us meeting up, this trip will astonishing. I will be introduced to the newborns. I will see the new chozas or houses. Sadly, the Catholic priest of Yaviza with whom I planned to help the children has moved away to another region… We will make plans but I know that, as usual, the trip will be full of surprises. Once I’m there I can’t control anything - the rain, delays, police checks, incidents… I often don’t even know where I’ll sleep at night. As you know, I always travel alone, accompanied only by the people of the Darien. After almost eight years of these adventures, I would love to be able to share with you these emotions, these colors, these encounters.  I would like your eyes to see through my eyes what I see and experience the strong emotions I feel during these visits. Sharing in Spanish is compartir.  I like that word. It is time for me to bring back beautiful pictures full of meaning and feeling.  This is a project I’m also working on. So I will be in the Darien in August and Ethic & Tropic will not participate in Maison & Objet this September. You can find all our new stock on the MOM site of Maison & Objet and More and also on our website, which we are updating. But I won’t have the pleasure of meeting you in Paris until January 2022.